Le ministre de la Santé Olivier Véran, avait dès le 27 mai dernier, demandé au Haut conseil de la santé publique de proposer “sous quarante-huit heures, une révision plus en profondeur des règles dérogatoires de prescription”, de plusieurs traitements médicaux comme la chloroquine, après la publication cinq jours plutôt, de la célébre étude du Lancet pointant son inefficacité et sa dangerosité, pour les patients infectés par le nouveau Coronavirus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here