Gabriel Attal tacle violemment Edouard Philippe

Author

Categories

Share

Gabriel Attal tacle violemment Edouard Philippe

Gabriel Attal, le nouveau porte-parole du gouvernement, « tétanisé » de son propre aveu, prend peu à peu ses marques. Le successeur de l’ancien porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye n’a pas peur d’être différent et de dire ce qu’il pense. C’est pour cela, n’en déplaise à certains. Jeudi dernier, en visite dans un centre vacances d’été du Lude, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire. Le nouveau porte-parole du gouvernement n’a d’ailleurs pas hésité à s’en prendre violemment à l’ancien premier ministre Edouard Philippe, comme le rapporte le Monde.

Alors qu’une jeune fille lui demandait s’il avait « déjà vu l’ancien chef du gouvernement ». Le nouveau ministre, quelque peu gêné pour parler de cette situation, lui a répondu : « Oui, dans des réunions. Pourquoi, tu l’aimais bien Edouard Philippe. « Il avait plus de population que le président, de popularité », a alors rétorqué un autre enfant. Une réflexion qui a semble-t-il agacé Gabriel Attalt qui en a profité pour tacler violemment Edouard Philippe. « On a un président qui prend beaucoup de risques, y compris celui d’être moins populaire. Il a rouvert les écoles après le confinement parce qu’il fallait le faire. » En effet, il s’est opposé à l’ancien locataire de Matignon. Qui « freinait des quatre fers » sur cette question très épineuse continuera de hanter l’entourge d’Emmanuel Macron. Au détriment de sa propre popularité.

Gabriel Attal brise le silence

La réouverture des écoles, des restaurants, des boutiques et le retour à la vie normale était « la principale bataille avec l’opinion publique », il y a quelques semaines. Le Ministre de l’Éducation nationale annonçait il y a quelques semaines son objectif initial consistant à faire rentrer différents niveaux à différentes dates. Des déclarations faites sans l’aval de l’ancien premier ministre qui aurait été informé de la décision du gouvernement en direct à la télévision. Et a suscité un grand intérêt chez les français. Incrédule, le président de la République. Conseillé dans l’ombre par l’ancien chef d’Etat Nicolas Sarkozy. Avait admis que la réouverture des écoles, des restaurants, des boutiques, était « la principale bataille avec l’opinion publique ». Et qu’il y avait « eu débat à ce sujet », dévoilait nos confrères du Canard enchaîné. Finalement, Emmanuel Macron aurait fini par trancher, faisant fi de l’opinion de son chef du gouvernement.

Author

Share