9.1 C
New York
lundi, avril 12, 2021

Buy now

François Fillon : cette provocation envers Sarkozy qui lui a coûté cher

François Fillon : cette provocation envers Sarkozy qui lui a coûté cher

Si l’un a été le chef du gouvernement de l’autre pendant l’intégralité de son mandat, Nicolas Sarkozy et François Fillon n’arrêtent pas de se désavouer l’un l’autre. En 2016, en pleine campagne pour la primaire de droite en vue de la présidentielle de 2017. N’ont fait que creuser le fossé existan entre l’ancien président de la République et son premier ministre.

Alors que les deux hommes politiques connaissent en 2020 des fortunes diverses sur un terrain piégeux. L’ancien locataire de l’Élysée caracole aujourd’hui en tête des ventes de livres, avec son dernier ouvrage baptisé Le Temps des Tempêtes. Tandis que l’ancien locataire de Matignon risque une peine de prison allant jusqu’à 4 ans. La dualité opposant Nicolas Sarkozy et François Fillon refait la une de l’actualité via un extrait de l’émission treize heure quinze le dimanche. Diffusée récemment sur l’antenne de France deux.

Bien avant que Le journal satirique le Canard enchaîné publie son article sur les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon, qui allait déclencher l’affaire de François Fillon. L’ancien candidat de la droite à la présidentielle 2017 se rêvait numéro un du parti. En 2016, à quelques mois de l’élection présidentielle prévu pour le 7 mai 2017. Et il comptait bien jouer sa carte à fond et visera une place au palais présidentiel. C’est dans ce sens, qu’il allait franchir la ligne rouge en critiquant son ex-patron. Pointant du doigt certains procès dans lesquelles il était embourbé.

François Fillon tacle Sarkozy !

En août 2016, quelques mois avant d’éliminer l’ancien chef de l’État, puis ancien Premier ministre Alain Juppé, de la primaire de droite. Le mari de Penelope Fillon a tenu un discours musclé dans sa commune de Sablé-sur-Sarthe. La commune dont il a été l’édile de Mille neuf cent quatre-vingt-trois à Deux mille un. « Il ne sert à rien de parler d’autorité quand on n’est pas soi-même irréprochable. Qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen. »

Une déclaration qui visait le mari de Carla Bruni, mais qui, trois mois après. S’est naturellement retournée contre lui-même et le ronge de l’intérieur. Comme l’indique Etienne Pinte, ancien maire de Versailles et député Union pour un mouvement populaire dans treize heure quinze le dimanche. « Il y a des choses qu’on ne dit pas et même, à la limite qu’on ne pense pas. C’était dramatique cette phrase, dramatique. Alors que de son côté, Henri Guaino, membre du parti Les Républicains, dans la même émission, confiait. « Est-ce que ce sont franchement des arguments dignes d’un homme politique qui prétend devenir président de la République. Il n’y a plus de commentaires à faire sur cette phrase, mais encore une fois, l’Histoire a tranché. »

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

21,774FansLike
2,736FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -

Latest Articles