Didier Raoult : le silence avant une deuxième contre-attaque

Author

Categories

Share

Didier Raoult : le silence avant une deuxième contre-attaque

Omniprésent dans les médias français, même les journaux anglo-saxons s’interessent à ce phénomène très français. L’éminent professeur Didier Raoult a subitement changé sa manière de communiquer. Son silence interpelle tout le monde. Alors même que se multiplient rapidement les signes alarmants de reprise de l’épidémie.

Depuis le 25 juin dernier, et une interview sous haute tension avec l’animateur emblématique Jean-Jacques Bourdin sur l’antenne de RMC où le professeur marseillais avait menacé de s’en aller. Ce dernier n’est pas réapparu à l’antenne.

Ce constat est tout aussi valable sur le web. Où l’activité du patron de l’Institut Méditerranée-Infection à Marseille a soudainement diminué ces derniers temps. Il tenait ce que l’on peut assimiler à une chronique hebdomadaire, dont il choisit librement le sujet, diffusée sur le site de son institut. Le dernier épisode en date incarné par le professeur Didier Raoult remonte au sept juillet dernier.

Le silence du directeur de l’Institut Méditerranée-Infection à Marseille interpelle d’autant plus que le professeur. D’ordinaire si engagé dans ses prises de position courageuses, a matière pour réagir à la crise sanitaire liée à la maladie Covid-19.

Le virologue ne parle plus aujourd’hui, mais il continue de faire parler de lui sans arrêt. Le professeur marseillais a annoncé qu’il portait plainte contre Martin Hirsch. Le directeur de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris, pour dénonciation calomnieuse et diffamation.

Didier Raoult brise le silence

Le 24 juin dernier, Didier Raoult, fervent défenseur de l’hydroxychloroquine en tant que traitement contre le nouveau coronavirus, était entendu à l’Assemblée nationale du palais Bourbon. Lors de cette audition publique très attendue. Il avait déclaré que le taux de décès dans les services de réanimation de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris était « de 43 pour cent ». Bien loin des « 16 pour cent » qu’il confirmait avoir à la cité phocéenne.

Rapidement, cette déclaration avait suscité beaucoup de remous au sein de la communauté scientifique. Dès le 26 juin, Martin Hirsch, écrit une lettre à Richard Ferrand Président de l’Assemblée nationale. Le haut fonctionnaire y estimait que les déclarations du Professeur Didier Raoult « semblent s’apparenter à un faux témoignage sous serment ». Il y a quelques semaines, il a annoncé que le taux de mortalité des patients atteints du nouveau coronavirus dans les services de réanimation de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris est estimée entre vingt-cinq pour cent et trente cinq pour cent.

Martin Hirsch a « accusé le Professeur Raoult de faux témoignage sous serment alors qu’il se basait sur des statistiques de l’Assistance publique Hôpitaux de Paris ». Confie l’avocat du professeur. Avant d’ajouter, le Professeur Didier Raoult a toujours accepté les polémiques mais là cela dépasse le monde scientifique. A confié Brice Grazzini auprès de l’Agence France-Presse.

Author

Share